Lancement de la démarche Zero Waste France

L'incinération et la mise en décharge ne sont pas des fatalités

Mis en ligne le : 3 mars 2014

Le concept du zéro déchet est né en Californie dans les années 1980. Après une tentative avortée d'implantation en France au début des années 2000, le lancement officiel de Zero Waste France a eu lieu début février 2014. En route vers le zéro déchet !

zero waste France

Le Centre national d’information indépendante sur les déchets (Cniid) lance Zero Waste France et appelle tous ceux qui le souhaitent à se joindre à cette démarche prônant la  sobriété et l’efficacité dans l’utilisation de nos ressources et la réduction du gaspillage et des déchets par l’éco-conception, la consommation responsable, le réemploi et la valorisation matière

« Nous avons choisi l’appellation Zero Waste plutôt que Zéro Déchets France, parce qu’en anglais, waste signifie à la fois déchets et gaspillage,»,

explique Flore Berlingen, directrice du Centre national d’information indépendante sur les déchets (Cniid).

Le réseau Zero Waste France, intègre le réseau Zéro Waste Europe, lui-même membre de Zero Waste International Alliance. L’organisation revendique environ 300 villes membres, situées pour l’essentiel en Italie et dans le nord de l’Espagne,

zero waste 2

Zero Waste est une démarche qui peut nous mener vers une société zéro gaspillage et zéro déchets.

Pour s’inscrire dans cette démarche vertueuse, cela nécissite la participation de toutes les composantes de la société pour :

  1. En priorité, modifier nos modes de production, afin qu’ils deviennent sobres et efficients dans l’utilisation des ressources naturelles et de l’énergie, et permettent l’allongement de la durée de vie des produits et la réutilisation en toute sécurité des matériaux utilisés;
  2. Développer la réutilisation et le réemploi des produits et matériaux, par le développement des circuits courts, de l’écologie industrielle et de la réparation.
  3. Collecter de manière séparée le plus grand nombre de produits et matériaux valorisables, ce tri à la source étant la condition de réussite d’une valorisation matière maximale.

Par leur action, les pionniers du mouvement Zero Waste ont déjà permis dans certaines collectivités de réduire jusqu’à 80% les déchets résiduels, de maximiser le recyclage et la valorisation organique et de développer des emplois locaux dans la réparation et le réemploi, sans surcoût pour la collectivité.
La France est prête à accueillir des démarches aussi ambitieuses.

  • Nous pouvons modifier nos systèmes de production pour qu’ils soient plus sobres et efficients dans l’utilisation des ressources naturelles et de l’énergie.
  • Nous sommes capables de concevoir des produits en matériaux recyclés, recyclables et non toxiques, de telle manière qu’ils puissent être réparés et/ou modulables pour allonger leur durée de vie.
  • Nous avons déjà commencé à promouvoir les activités de réemploi et de réparation, notamment dans le secteur de l’économie sociale et solidaire, et sommes en mesure de faire plus.
  • Nous pouvons améliorer nos collectes séparées pour qu’elles concernent plus de produits et de matériaux recyclables, compostables ou méthanisables.
  • Nous avons les moyens d’identifier les déchets qui ne pourront pas rentrer dans ce cycle vertueux pour faire évoluer ou supprimer du marché les produits ou les matériaux qui posent problème, afin de se passer à terme d’incinérateurs et de décharges.

PLUS D INFOS VERT

Le site Zéro Waste France

Liens internes