Et si la prévention rimait aussi avec performance économique ?

Résultats d’une étude portant sur 101 cas concrets

Mis en ligne le : 31 mai 2013

Le 28 mai 2013, au Salon Preventica de Lille. l’OPPBTP (Organisme Professionnel de la Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics) présentait les résultats de son étude portant sur la compréhension et la mesure des impacts économiques de la prévention

Conférence : En quoi la prévention des risques professionnels peut-elle devenir un argument économique ?

PREVENTICA

Alain Fresse, Ingénieur,  Directeur régional de l’ OPPBTP, pilote du projet :

« Si l’action d’être de la prévention est d’agir sur les risques, sa mise en œuvre se fait aussi au bénéfice économique de l’entreprise »

L’étude menée par l’organisation professionnelle portait sur 101 actions de prévention menées par 27 entreprises qui couvrent 90% des métiers du secteur du BTP :

L’objectif principal était de mettre en exergue l’existence d’un lien entre prévention et performance afin de prouver qu’il est possible de passer de la logique de la diminution des pertes à la logique de potentiel de gain.

Les entreprises étudiées se sont engagées dans des actions concrètes de prévention à travers un Plan Progrès accompagné par l’OPPBTP. Elles ont dépassé le cadre exclusif de l’évitement des coûts, acceptant des investissements nécessaires à une approche en coût global (TCO).

Un Retour sur Investissement rapide

L’amélioration des conditions de travail qui permet une diminution des accidents de travail constitue un levier évident . Les analyses de l’organisme professionnel avancent un coût réel des accidents impactant le prix remis au client, à hauteur de 6 %

Le retour sur investissement est sans équivoque dans la grande majorité des cas ; En consolidant les bilans des 101 actions, le rendement global est de 2,19 (pour 100 euros engagés dans une action de prévention, les gains économiques sont de 219 euros ;

Les améliorations observées portent sur :

–          La productivité (71%)

–          Les achats (6%)

–          La marge/ CA additionnel  (11 %)

–          Autres (12%) : par exemple 80 % des actions étudiées sont en relation avec des gains liés à la qualité.

Les actions menées représentent des dépenses de moins de 5000 euros avec un payback (dépenses couvertes par les gains) de 1,5/ an.

Un exemple : Acier d'armatures "rationnalisés"

fiches oppbtp
Exemple de fiches

Type d’action : Substitution de matériaux ou de produits

Entreprise Activité classique de gros œuvre de bâtiments collectifs de taille moyenne (bureaux, EPHAD…) et qui travaille parfois en tant que sous-traitant de grands groupes (Vinci, Bouygues…). Elle emploie plus de trente salariés et quelques intérimaires locaux. Engagé dans la démarche de progrès avec l’ OPPBTP – membre de « CAP Prévention ».

Action de prévention : Commande d’armatures de planchers prédécoupées en usine. Elles sont livrées en une ou deux fois, avec un plan de pose, réparties en cinq types (trois nappes inférieures et deux « en chapeau ») ; elles sont posées directement à la grue et se recouvrent sans aucune découpe.

Avant : Les armatures de plancher étaient livrées en fardeaux de nappes de treillis qui étaient déposées au sol, sur l’aire de stockage du chantier. Les maçons en faisaient déposer une partie quantifiée approximativement sur le plancher à ferrailler, et posaient les nappes à l’avancement, en découpant à la disqueuse ou à la pince les zones à adapter aux formes du bâtiment.

Après : Plan de pose en début de chantier.

Constat

Suppression des risques liés au décrochage, à la manipulation des aciers, à l’évacuation des déchets dans la benne (coupures, perforations, éclats et projections, bruit, poussières et TMS) : par chantier, 1 jour de chef de chantier et 1 heure par niveau pour 2 opérateurs.

  • Suppression des erreurs de découpe, de dimensionnement ou d’échantillonnage.
  • Recyclage des déchets mieux géré par l’usine et réduction des masses transportées.
  • Meilleures conditions de travail : pose facilitée (nappes allégées) et conforme au plan ; postes de travail dégagés des chutes encombrantes ; plus de décrochages périlleux de fagots ; plus de chutes à évacuer dans la benne ; gain de place de stockage ; diminution des manutentions manuelles pénibles.
  • Gain de temps :

–  le nombre de manœuvres de grues est réduit : une à deux livraisons-déchargement en cinq tas de cinq types au lieu de livraisons multiples (12 h par chantier) ;

–  le temps de découpe et d’ajustage est supprimé (1 h par niveau pour 2 opérateurs).

  • Gain financier :

– réduction de 20 % du poids livré, ce qui réduit d’autant le prix des fournitures ;

– prix d’achat arrêté dès la commande ; il ne fluctue plus.

 

Source : OPPBTP

gain cout OPPBTP

A noter :

Preventionbtp.fr est le site de services en ligne gratuits de l’ OPPBTP . Son objectif est d’accompagner les entreprises du BTP dans leurs démarches de prévention des risques.

Retrouvez les 101 cas d’actions de prévention analysées dans le cadre de l’étude « Une approche économique de la prévention ». Les cas sont classés par critères : taille de l’entreprise, risques, actions mises en place.

 

Trophées Batiactu Construction et Innovation

Trophees-Batiactu_article

Près d’un an après son lancement, www.preventionbtp.fr s’est distingué au palmarès des Trophées Batiactu Construction et Innovation. Le jury a remis à l’OPPBTP le trophée Solutions techniques et Services dans la catégorie Internet.