v~|icon_comment_alt~|elegant-themes~|outline

Adopter la loi EGalim en restauration collective d’entreprise : manger mieux, bon, sain et durable

JAICOST initie une tendance depuis plusieurs années : le cabinet prend les devants pour proposer aux entreprises, disposant d’un service de restauration, d’adopter pleinement les grands principes de la loi EGalim (« Agriculture et Alimentation »). Voire de tendre vers son objectif. Une attitude plus responsable pour mieux se nourrir en entreprise, en respectant l’environnement et les acteurs de l’alimentation.

La loi EGalim va-t-elle concerner les entreprises ?

La loi EGalim « pilote » la transformation de l’alimentation en France. Elle propose un nouveau cadre de travail pour la restauration collective des établissements publics et privés, hors entreprise.
 
Selon Christophe Gmyr, associé du cabinet JAICOST, « II n’est pas exclu que EGalim finisse par inclure également la restauration collective en entreprise dans les prochaines années ou du moins qu’elle devienne la norme, apportant son lot de transformation et modifiant à 180° l’approche alimentaire et la réduction du plastique. Alors autant en adopter les grands principes dès maintenant ! ».

Longuement préparée et promulguée en nov. 2018, la loi dite EGalim (« Agriculture et Alimentation ») transformera notre alimentation et notre empreinte environnementale sur le long terme. Une loi qui a encore fait l’actualité en ce mois d’octobre 2021 avec l’arrivée de « EGalim 2 » (publication des décrets le 19 oct. 2021). « EGalim 2 » va encore plus loin en traitant la relation fournisseurs-distributeurs de la chaîne alimentaire. Nul doute que cette loi continuera à s’étendre dans le futur…

Le « bien manger » : une nouvelle approche de la restauration collective ? 

« Au sein du cabinet JAICOST, nous souhaitons nous appuyer sur la loi EGALIM comme moyen pour accompagner la transition de la restauration collective. Aujourd’hui, nous voulons impulser un changement dans les restaurants d’entreprises pour que, demain, manger mieux, bon, sain, local et durable devienne une évidence pour tous ! », explique Christophe Gmyr, l’expert en restauration collective du cabinet.

 

Respecter les principes de la loi EGalim, que cela implique-t-il pour les sociétés ?

L’un des grands principes de cette loi repose sur la constitution de plats qui doivent être élaborés à partir de 50% de produits frais de qualité et durables, non transformés & sans allergènes dont 20% des produits issus de l’agriculture biologiqueL’offre de restauration devra proposer des denrées alimentaires variées et prévoir également une approche « plus végétariennne », avec des menus réduisant les protéines animales.

 

Proposer aux collaborateurs une autre vision de leur alimentation

Dans la plupart de ses recommandations clients, JAICOST propose d’inclure au cahier des charges les principes de la loi EGalim. Que ce soit lors de la création d’un restaurant d’entreprise, ou dans le cas d’une amélioration d’une offre de restauration, chaque dossier inclut les principes d’EGalim, et ce depuis 2018.

A défaut de moyens alimentaires suffisants, le but de JAICOST sera plutôt d’emmener son Client vers les principes d’EGalim et de tendre vers cette nouvelle approche alimentaire en intégrant à minima du frais et du biologique au cahier des charges et d’avoir une démarche végétarienne, voire « fléxitarienne », pour les clients attachés à conserver une alimentation plus carnée. « Moins de viande dans l’assiette mais de meilleure qualité ».

 

Près de 100% des clients de JAICOST satisfaits

L’un des clients de JAICOST, organisateur d’un grand évènement sportif mondial en 2024, a créé une offre de restauration d’entreprise vertueuse pour ses collaborateurs, dans ses nouveaux locaux « PULSE ».  L’exemplarité est dans l’ADN de cette société, chaque achat est passé à la loupe, comme l’a été la restauration d’entreprise.

L’idée était donc d’apporter aux salariés une qualité des repas équivalente à une restauration commerciale exigeante voire gastronomiques, tout en garantissant des critères de santé et d’environnement forts. 

Dans ce projet comme dans tous ses projets, JAICOST sonde et utilise des outils qui lui permettent de cadrer précisément les demandes de chaque site afin d’apporter une réponse la plus adaptée aux besoins Clients. 

JAICOST propose depuis 2018 cette approche alimentaire plus vertueuse et à ce jour, 100% des marchés signés ont été maintenus avec des niveaux de fréquentation constatée en 2019 (avant COVID) pointant à +70% de fréquentation des salariés présents sur site. Une preuve évidente de la satisfaction de leurs clients !

 

La méthodologie de JAICOST pour accompagner ses clients

Après un audit des besoins, des interviews clients et/ou d’une étude financière de la restauration, JAICOST définie avec ses clients, les orientations « produits » et les prestataires à consulter. Le cadrage budgétaire qui rentre dans cette étude va forcément influer sur le degré du respect des principes de la loi EGalim par le futur restaurateur. Plus les moyens sont importants, plus le respect d’EGalim est garanti. Le cahier des charges est adapté en fonction de chaque client. Pour JAICOST, la demande d’accompagner le changement des comportements passe forcément par une adaptation continuelle de ses cahiers des charges

« Demain, dans toutes les entreprises, les collaborateurs s’alimentant en restauration collective pourront faire un repas bien plus vertueux qu’un repas préparé à la maison et prendront autant de plaisir que dans un « bon » restaurant commercial ! », affirme Christophe Gmyr.

Zoom sur les objectifs de la loi EGalim

La loi EGALIM a pour objectif de :

• Favoriser une alimentation saine, sûre et durable pour tous

• Renforcer le bien-être animal

• Réduire l’utilisation du plastique dans le domaine alimentaire

• Améliorer les conditions sanitaires et environnementales de production

• Permettre aux agriculteurs d’avoir un revenu digne en répartissant mieux la valeur

 • La loi « Agriculture et Alimentation », (EGalim, loi n° 2018-938), a été adoptée par le parlement en octobre 2018. Cette loi provient des États Généraux de l’Alimentation (lancés le 20 juillet 2017) et promulguée au Journal Officiel le 1er novembre 2018.

• La loi EGalim comporte69 articles, comptabilise plus de 300 heures de débat au Parlement et plus de 5 000 amendements examinés en projet de loi. Elle vise l’amont agricole (articles 1 à 3 et 11) mais aussi l’aval de la chaîne alimentaire (art. 4 à 9), jusqu’à l’information des consommateurs sur l’origine des produits (articles 10 et 12 à 15).

À Lire également